Hémisphère sud

Le Brésil veut se positionner en référence des vins effervescents

18/03/2018

Si l’histoire viticole du Brésil remonte au XVIème siècle et la colonisation portugaise, son développement a réellement début avec la fin de dictature militaire en 1985, et l’ouverture économique qui a suivi.
Ne voulant plus être réduit à ses plages et son carnaval, le vignoble sud-américain compte exister face aux productions de ses voisins reconnus en prenant un créneau vacant.

« Quand on parle de vins sud-américains, les consommateurs ont en tête les vins rouges d'Argentine et du Chili. Il est difficile pour le Brésil d’exister sur ce créneau… En revanche, le vignoble brésilien a des terroirs plus tempérés à faire valoir. C’est l'un des meilleurs vignobles de pétillants de l'hémisphère sud » pose Diego Bertolino, le responsable de la promotion de l’Institut Brésilien du Vin (Ibravin). À l’occasion du salon Prowein (18 au 20 mars à Düsseldorf), la filière brésilienne dévoile sa nouvelle stratégie, focalisée sur les vins effervescents. En témoignent un sparkling lounge et des master classes, ayant pour but d’en finir avec les stéréotypes et de se positionner en haut lieu des bulles du nouveau monde.

Ce qui va encore demander du travail promotionnel. Après les coups de projecteur de la Coup du Monde de Football en 2014 et des Jeux Olympiques de 2016, « nous avons constaté que tous les articles de presse sur nos produits commencent par un constat : le Brésil est plus connu pour les plages de Copacabana, le football, le carnaval de Rio, la samba, les forêts tropicales... que pour ses vins » pointe le sommelier Mauricio Roloff. Qui souligne qu’avec une centaine d’années au compteur, « le Brésil est le pays d'Amérique du Sud qui a le plus d'expérience des vins effervescents ». L’expert en veut pour preuve la diversité des vins produits au Brésil, allant de la méthode charmat à celle traditionnelle, avec des assemblages d'inspirations champenoises ou plus éclectiques (avec viognier, glera, riesling italico/welschriesling)...

15 % des exportations

Pour l’instant, la commercialisation des effervescents est encore embryonnaire pour les vins brésiliens. En 2017, leur exportation a atteint 174 000 hl (+3 %), comptant pour 15 % des volumes exportés par la filière. Mais « le Chili affiche une belle croissance, démontrant la compétitivité des effervescents brésiliens, les États-Unis les valorisent bien et la Chine se développe » souligne Diego Bertolino. Comptant désormais pour la moitié de la production brésilienne de vins, les effervescents sont mécaniquement amenés à se développer souligne l’expert.

Pour soutenir cette croissance, la dizaine d’entreprises présentes à Prowein poursuivra son escapade européenne avec un voyage d’étude dans le vignoble italien. Filière il est vrai modèle dans le développement éclair

 
Newsletter :

Newsletter #1 Bulles Expo / Mars 2016
Newsletter #2 Bulles Expo / Avril 2016
Newsletter #3 Bulles Expo / Juin 2016

 




Un évènement conçu et organisé par Vitisphere et GFA Events
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé