Sur la bonne voie

Champagne et IGP Ile-de-France sur la voie d’un accord

24/04/2018

La non-mixité de production dans l'aire de Champagne et sur un cordon de communes a été approuvée à la fois par le SGV et le Syvif.
Après des prises à partie plus ou moins violentes notamment dans la presse, les deux ODG trouvent un certain apaisement. Elles se sont rencontrées le 20 avril.

Il est rare qu’une IGP et une AOC travaillent ensemble à déterminer les conditions de production de l’une ou de l’autre. C’est pourtant ce que semblent réussir l’IGP Ile-de-France et la Champagne. Après avoir été montré du doigt, suspecté d’hégémonisme écrasant, le Syndicat général des vignerons de la Champagne fait taire les rumeurs par l’action. Le 19 avril, leur président, Maxime Toubart a rencontré Patrice Bersac, président du Syvif (Syndicat des vignerons d'Ile-de-France). Si le SGV n’a pas souhaité commenter la rencontre, le Syvif, lui, retient un rendez-vous « globalement positif : le syndicat général des vignerons de la Champagne est favorable à l’existence de l’IGP en tant que signe de qualité voisin ». Il retient également que le SGV reste sur ses gardes concernant la création de vins mousseux en lisière de ses frontières.

Le Soissonais toujours en débat


« Nous avons convenu que les zones de production et d’élaboration du Champagne ne peuvent pas être mixtes » explique Patrice Bersac. Un cordon de communes ceinturant l’aire du Champagne exclura la production de vin IGP Ile-deFrance. « Reste la zone du Soissonais où, pour l’instant, nous n’avons pas trouvé d’accord » indique Patrice Bersac. Dans cette zone, la Champagne dit ne pouvoir prendre de position tant que les nouveaux contours de l’aire de production ne sont pas connus. Pour les Champenois, il faut donc attendre, a minima, 2022. Patrice Bersac rappelle que les experts de l’INAO ont statué pour déclarer les terrains du Soissonnais comme inaptes à la production de Champagne. « Dans ce contexte, nous considérons que les éléments techniques et juridiques sont favorables à ce que le Soissonais puisse rejoindre l’IGP Ile-de-France » constate Patrice Bersac.

Autre sujet de désaccord : les communes placées sous surveillance de l’administration et la Champagne. Il s’agit de commune en dehors de l’aire délimitée de la Champagne qui sont susceptibles de produire des vins mousseux. La surveillance vise à examiner si elles respectent bien la notoriété de la Champagne. « Nous comprenons la démarche pour ces communes et nous revendiquons le droit à ce qu’il y ait mixité. Ce qui n'est pas le cas » remarque Patrice Bersac.

Exclure le Chardonnay en IGP pour certaines communes
Le Syvif fera également des propositions concernant l’encépagement et notamment, l’interdiction de planter du Chardonnay dans certaines communes pour éviter toute concurrence avec la Champagne. « C’est une proposition que nous avions déjà faite. Pour nous, le chardonnay n’est pas un enjeu majeur » souligne Patrice Bersac.
Enfin, les deux syndicats ont abordé la question des Dénominations géographiques complémentaires. « Nous avons convenu que l’IGP Ile-de-France s’interdirait certaines dénominations qui pourraient prêter à confusion avec l’appellation Champagne, comme celles contenant le nom Marne ou Aisne » précise Patrice Bersac.
Le SGV et le Syvif doivent continuer leurs échanges pour aboutir, d’ici juin, sur un texte d’accord et adapter le cahier des charges de l’IGP Ile-de-France le cas échéant.

 
Newsletter :

Newsletter #1 Bulles Expo / Mars 2016
Newsletter #2 Bulles Expo / Avril 2016
Newsletter #3 Bulles Expo / Juin 2016

 




Un évènement conçu et organisé par Vitisphere et GFA Events
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé