Marché anglais

En repli, les Prosecco se cassent les dents sur le Brexit... et la mauvaise presse

03/10/2018

Petit aperçu des articles, et illustrations, reliant la consommation de prosecco à une dégradation dentaire.
Après dix ans de croissance effrénée, les exportations de l’appellation pétillante italienne se heurtent aux incertitudes de la sortie anglaise de l’Union Européenne et à une campagne des tabloïds sur les risques bucco-dentaires.

Pour les producteurs italiens de vins effervescents, ce n’est pas peu dire que la presse anglaise mente comme un arracheur de dents. Baissant de 7 % sur le premier semestre 2018, les expéditions de prosecco vers le Royaume Uni mettent fin à dix années de croissance sur leur premier marché export. Sachant que « plus d’une bouteille sur quatre de Prosecco consommée à l’étranger l’est en Angleterre » on comprend que ce revirement soit pris au sérieux par Coldiretti (la Confédération Italienne des Cultivateurs Directs).

Dans un communiqué, l’association italienne estime que les tensions commerciales liées au Brexit (notamment en termes de taux de changes) ne peuvent pas expliquer à elles seules ce repli soudain. Ce qui reste en travers de la gorge de Coldiretti, c’est la mauvaise presse dont a souffert le prosecco, dont la consommation a été accusée d’abîmer l’émail des dents. « Des fake news nationalistes destinées à discréditer les bulles italiennes » juge la confédération transalpine, balayant les risques liés à la pétillance, à l’acidité et aux sucres résiduels de ces vins.

"Sauver vos dents"

Parus tout le long du second semestre 2017, des cocktails d’été aux célébrations hivernales, des articles de mis en garde contre la « consommation excessive de Prosecco » afin de protéger ses dents ont fleuri. Du « sauver vos dents et six autres raisons pour laisser tomber le Prosecco » du Guardian au « des photos choquantes révèlent comment le Prosecco peut pourrir vos dents et les tourner en poudre comparable à de la craie » du Sun, les tabloïds n’ont pas fait dans la dentelle. Allant jusqu’au coup de grâce : « trop de quoique ce soit est mauvais, mais trop de Champagne est juste bon » pose l’Independent, citant l’écrivain américain F. Scott Fitzgerald.

Face à cette vague anti-Prosecco, la réponse italienne est aussi venue du ministre de l’agriculture, Maurizio Martina, qui a interpellé les médias anglais sur Twitter : « dîtes la vérité, le Prosecco fait aussi sourire les Anglais ! Arrêtez les fake news, s’il vous plaît. » Pour les vignerons italiens, cet assaut en règle répond à une volonté anglaise de favoriser la production de son vignoble national, en pleine structuration de son offre de vins effervescents.

+12 % de Prosecco en 2018

Malgré l’incertitude du Brexit et les attaques des tabloïds, les producteurs de Prosecco restent confiants et comptent renouer avec la croissance sur leur premier marché export. Pour les vendanges 2018, le consortium du Prosecco vise une hausse de 12 % de la production, à 3,7 millions d’hectolitres rapporte le DrinksBusiness. Ce qui témoigne autant d’un retour à la normale après le gel et la sécheresse de 2017, que d’une volonté de développement, le projet de production de Prosecco rosé étant toujours à l’ordre du jour pour 2019. Pour les producteurs italiens, le marché anglais est toujours à croquer à pleines dents.

 
Newsletter :

Newsletter #1 Bulles Expo / Mars 2016
Newsletter #2 Bulles Expo / Avril 2016
Newsletter #3 Bulles Expo / Juin 2016

 




Un évènement conçu et organisé par Vitisphere et GFA Events
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé